Bouger dehors cet hiver sera (plus que jamais) nécessaire pour garder le moral

Ruth Lowry, Reader in Exercise Psychology, University of Essex and Jo Barton, Senior Lecturer in Sports and Exercise Science, University of Essex
·6 min read
<span class="caption">Non seulement les sports d&#39;hiver permettent de maintenir la forme, ils nous exposent à la lumière naturelle, qui nous préserve de la dépression saisonnière. </span> <span class="attribution"><span class="source">Shutterstock</span></span>
Non seulement les sports d'hiver permettent de maintenir la forme, ils nous exposent à la lumière naturelle, qui nous préserve de la dépression saisonnière. Shutterstock

Alors que l’hiver est à nos portes, que la température descend et que les journées raccourcissent, nombre d’entre nous peuvent préférer demeurer à l’intérieur. Et ceux qui sont confinés pour la deuxième fois peuvent être encore moins enclins à sortir et à bouger. Mais s'enfermer peut avoir des conséquences néfastes sur la santé, à la fois en raison du manque d’activité physique et de la faible exposition à la lumière du jour.

Être actif toute l’année présente de nombreux avantages pour la santé. L’activité physique peut même contrer certains effets négatifs du climat hivernal sur notre niveau d’énergie et notre humeur.

Des études montrent que les gens réduisent de huit minutes par semaine le temps passé à faire de l’exercice pendant les mois les plus froids.

On bouge moins l’hiver

Les gens abandonnent également d’autres activités pratiquées pendant les mois plus chauds, comme les voyages actifs. De même, les activités comme la marche lente et les travaux extérieurs diminuent en hiver, tandis que le temps passé assis ou à dormir augmente.

Toutefois, malgré la diminution de l’exposition à la lumière et l’augmentation des heures de sommeil, les chercheurs n’ont pas constaté de différences sur la qualité du sommeil ou sur les activités d’intensité modérée à vigoureuse (comme les loisirs planifiés ou la promenade du chien), ce que les gens font toujours, malgré le temps.

Une étude préliminaire (qui n’a pas encore été révisée par des pairs) montre également que les niveaux d’activité ont diminué significativement pendant le premier confinement au printemps. Cela suggère que les gens pourraient être encore moins actifs cet hiver.

De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi nous perdons notre motivation à bouger pendant les mois d’hiver. En hiver, de faibles niveaux de lumière naturelle associés à des journées plus courtes réduisent l’apport de vitamine D. Voilà pourquoi nous nous sentons fatigués. Plusieurs personnes souffrent également de problèmes de sommeil pendant l’hiver, ce qui diminue d’autant plus leur niveau d’énergie.

Le trouble affectif saisonnier

Certaines variations de l’humeur liées au manque de lumière et présentes en particulier chez les femmes, peuvent aussi nuire à la motivation. Certaines personnes développent même un trouble de santé mentale appelé Trouble affectif saisonnier (TAS), qui se manifeste par des symptômes importants de dépression durant les mois d’hiver.

Les raisons pour lesquelles nous faisons de l’exercice peuvent également affecter notre motivation. Celle-ci peut vaciller si, par exemple, notre objectif principal pour bouger est d’améliorer notre image corporelle, plutôt que de faire de l’exercice pour le plaisir et l’accomplissement.

Les recherches montrent également que les personnes qui font des activités en plein air tout au long de l’année sont plus disciplinées et plus motivées par le plaisir ou le défi que représente l’activité choisie que celles qui sont actives seulement lors des mois plus chauds. Le lien entre l’humeur d’une personne et un mode de vie plus sédentaire apparaît ici évident.

Prescription d’exercice

Les bienfaits d’une activité physique régulière sont largement connus pour la forme physique — y compris la perte de poids, la diminution des risques de maladies coronariennes, de diabète de type 2, des accidents vasculaires cérébraux et de certains types de cancer.

L’activité physique est également associée à une meilleure fonction immunitaire et est également importante pour le bien-être. Il a été démontré que bouger réduit la fatigue et améliore la satisfaction au travail], l’optimisme, l’estime de soi et permet une meilleure gestion du stress.

L’exercice améliore l’humeur et peut également être utilisé efficacement pour traiter des problèmes de santé mentale tels que la dépression et l’anxiété et la dépression saisonnière (bien qu’il manque encore de données à ce sujet).

Privilégier la nature

Bien que le climat hivernal ne le permette pas toujours, l’activité en plein air est également très utile pour réduire la fatigue mentale et le stress, améliorer le bien-être, la satisfaction et la joie de vivre.

Se retrouver dans la nature procure aux adolescents, en particulier, de grands bienfaits pour la santé mentale. Les régions côtières et les plans d’eau présentent des avantages similaires pour soulager les problèmes de santé mentale.

Une famille prom&#232;ne son chien dans la for&#234;t en automne.
L’activité en plein air est bénéfique pour la santé mentale. Monkey Business Images/Shutterstock

Le plein air offre également davantage de possibilités de socialiser, ce qui, si on l’autorise, est important pour notre santé et notre bien-être pendant cette période de confinement hivernale. L’activité en plein air à la lumière naturelle est également liée à l’amélioration de la qualité du sommeil, de la santé physique et du bien-être.

Un peu d’intensité

Pour obtenir tous ces avantages, il faut s’assurer de faire suffisamment d’exercice. Le National Health Service (NHS) britannique recommande un minimum de 150 minutes d’activité d’intensité modérée (ou 75 minutes d’intensité vigoureuse) par semaine. Cela peut facilement être divisé en petites séances de dix minutes au cours de la semaine. Une activité d’intensité modérée suffit à augmenter le rythme cardiaque, à se réchauffer et à augmenter sa capacité respiratoire.

L’activité choisie est suffisamment intense si vous pouvez toujours parler, mais que vous aviez du mal à chanter pendant que vous l’exercez. Au moins deux jours dans la semaine devraient également être consacrés à des activités de renforcement musculaire.

Bien qu’il soit parfois difficile de trouver la motivation nécessaire pour bouger, le fait de porter un moniteur d’activité cardiaque ou une application téléphonique qui enregistre l’activité (comme le nombre de pas) peut motiver les gens et leur permettre de se fixer et d’atteindre leurs objectifs.

Trouver un partenaire

Il peut également être plus facile de s’engager dans une activité si vous pouvez compter sur un partenaire avec qui vous entraîner. Accroître le défi — comme le nombre de séances d’activité, l’intensité (vitesse de marche ou poids soulevé) ou la durée de la séance — peut également améliorer la forme physique et la force.

Heureusement, il existe de nombreuses façons d’être actif pendant l’hiver. Outre le sport et les loisirs, les transports actifs (marche et vélo pour se rendre au travail ou à l’école) et même les tâches ménagères y contribuent. Le plus important est de diminuer le temps passé assis et sortir le plus possible à l’extérieur, à la lumière du jour, afin de profiter des bienfaits supplémentaires pour la santé.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: